Etude de Cas : Les stratégies de délocalisation

Une stratégie de délocalisation c’est quoi ?

On peut définir une stratégie de délocalisation comme étant un « déplacement d’unité de production d’un pays vers un autre lié à la recherche d’un coût de production plus bas. (Utilisée essentiellement par les firmes multinationales, la délocalisation a pour objectif la recherche d’un environnement juridique plus favorable en matière de réglementation du travail, de fiscalité, des changes ou d’activités polluantes »

En effet,, les délocalisations industrielles correspondent à un transfert de tout ou partie de l’appareil productif vers un pays de destination dans le but de réimporter sur le territoire d’origine des biens ou produits à moindre coût. Cette stratégie vise à chercher des facteurs de production –main d’œuvre/machine/technologie- moins coûteux, plus productifs ou dont l’accès est facilité par une règlementation plus souple. Le But étant de dégager un ou plusieurs avantages concurrentiels afin d’accroître sa compétitivité. Nous pouvons également voir apparaitre cette stratégie sous une autre dénomination : « la délocalisation off-shore », qui reste le fait de choisir de délocaliser une partie de ses activités à l’étranger, qu’il s’agisse de fabrication de bien ou de prestations de services. De plus, une entreprise peut accompagner cette stratégie d’une externalisation de certaines taches en confiant cette dernière à un tiers ou en créant elle-même une entité/filiale au niveau local.

Quels sont les pays leader ? 

En effet, certains pays en développement comme la Chine et l’Inde possèdent une main d’œuvre bon marché et sont donc très appréciés des firmes multinationales souhaitant réduire leur coût de production. C’est pourquoi ces pays sont devenus les « ateliers de fabrication » du monde. Chaque pays a réussi à se concentrer sur l’activité qu’ il maîtrise et par conséquent d’être plus efficace en réalisant des gains de productivité.

Quels sont les avantages de la délocalisation ?

Les avantages d’une délocalisation peuvent être de différentes natures, à savoir :

Géographique : Meilleure proximité des facteurs de production et/ou des matières premières. Exemple : Se rapprocher de la main d’œuvre.

Économique : Concrétisée par une baisse significative des coûts de production. Cette dernière pouvant être dû à une meilleure accessibilité des facteurs de production et par des gains de productivité permettant la réalisation d’économies d’échelle (hausse de la quantité et de la productivité des facteurs). Exemple : Implanter les industries lourdes en Asie où le coût de la main d’œuvre est moins élevé qu’en occident et la règlementation plus souple sur les conditions de fabrication (sur le droit du travail et en matière environnementale notamment).

Fiscale : Certains pays sont plus attractifs que d’autres en matière de fiscalité. Ainsi, l’optimisation fiscale est rendue possible : soit par la création de « zones franches » dans lesquelles les entreprises sont incitées à investir ex : le littoral chinois, soit par la délocalisation ou l’implantation d’un siège social ou d’une structure administrative dans un paradis fiscal. En théorie, une société est imposée là où elle génère du bénéfice. Or la délocalisation d’un pôle (même sans réelle activité de création de valeur) favorise l’évasion fiscale. Il suffit à la structure secondaire de transférer le bénéfice de la société mère dans un pays où ses capitaux ne seront taxés qu’à taux réduit. Ainsi, la structure secondaire dégrade artificiellement le résultat imposable de la société mère (soumis à une fiscalité normale) par un jeu de facturation disproportionnée afin que la majeure partie du bénéfice soit imposée au taux réduit du pays de la structure secondaire (le paradis fiscal). Exemple : Apple a délocalisé une petite partie de son siège (le pôle gérant la propriété intellectuelle et industrielle) dans une filiale en Irlande détentrice de la marque et des brevets du groupe. Ce montage, « la doublette irlandaise », permet à cette petite structure d’expatrier une grande partie des bénéfices de la société mère loin du fisc américain en facturant d’importantes royalties et licences à l’ensemble du groupe.

Logistique : Réduction des coûts de stockage au profit de coûts logistiques moindre en plaçant les encours de production en transit. C’est la tactique « zéro stock » instaurée par le Toyotisme.

L’objectif principal recherché en optant pour la délocalisation est la baisse du prix de vente final engendrant un gain de part de marché ou alors une augmentation des marges. La mondialisation permet ainsi aux entreprises d’adopter de nouvelles stratégies leurs octroyant d’accéder à de meilleurs profits.

De nos jours, la Chine est devenue la destination principale des délocalisations. Ceci s’explique notamment par son faible coût de la main de d’œuvre et une productivité très importante malgré les récentes hausses de salaires.

Abonnez-vous à la newsletter, c’est gratuit !



Mehdi Semlali

Fondateur de Creative pub Marketing, passionné par le digital et les opérations marketing originales, je pratique une veille quotidienne sur l’actualité pour vous proposer le meilleur du marketing et de la communication.

Mehdi Semlali

Fondateur de Creative pub Marketing, passionné par le digital et les opérations marketing originales, je pratique une veille quotidienne sur l’actualité pour vous proposer le meilleur du marketing et de la communication.